This paper asks whether Canadian data is consistent with the predicted effects of political opportunism, partisanship, and political competition on real output growth since Confederation. Using annual data from 1870 to 2005 we find new support for an opportunistic electoral cycle in Canadian data but only if the actual election date used in most studies is replaced by an estimate of the incumbent governing party's subjectively held likelihood of an election arising. In our case the estimate is generated from a Cox-proportional hazard model. The paper explores in detail the issues raised by using a generated regressor to approximate a subjectively held expectation versus an observable proxy and argues that these conditions are met in our case. Finally we also find evidence consistent with partisan cycles in the data but much less evidence consistent with the hypothesis that changes in the degree of political competition have affected real output growth. Ce mémoire se demande si les données canadiennes sont consistantes avec les effets prévus de l'opportunisme politique, de la partisanerie et de la concurrence politique sur le produit réel canadien depuis la Confédération. En utilisant des données annuelles entre 1870 et 2005, on découvre un support nouveau pour l'idée d'une cycle électoral opportuniste dans les données canadiennes, mais seulement si la date effective des élections (utilisée dans la plupart des études) est remplacée par une estimation de la probabilité subjective du parti au pouvoir qu'une élection se tiendra. Dans ce cas, l'estimation est générée à partir d'un modèle de hasard proportionnel à la Cox. Le mémoire explore en détails les problèmes soulevés par l'utilisation d'une régression de cette sorte pour approximer l'anticipation versus l'utilisation d'un indicateur observable, et suggère que les conditions nécessaires pour que ce soit acceptable sont présentes dans ce cas-ci. Finalement, les résultats sont consistants avec des cycles de partisannerie dans les données, mais il y a un support beaucoup moins ferme pour les hypothèses que les changements dans le degré de concurrence politique ont affecté la croissance réelle du produit.

Additional Metadata
Persistent URL dx.doi.org/10.1111/j.1540-5982.2010.01625.x
Journal Canadian Journal of Economics
Citation
Ferris, J.S, & Voia, M.-C. (2011). Does the expectation or realization of a federal election precipitate Canadian output growth?. Canadian Journal of Economics, 44(1), 107–132. doi:10.1111/j.1540-5982.2010.01625.x