Canada’s Aboriginal children lag behind national age-level norms in reading and writing. They also leave school earlier and in higher percentages than non-Aboriginal peers. At the same time, a growing body of evidence, both anecdotal and census-based, suggests that all of Canada’s Aboriginal languages have declining numbers of fluent speakers and less than optimal intergenerational transmission. In this paper it is proposed that school success and language maintenance issues intertwine in a number of respects and that neither problem can be adequately addressed unless communities engage in the systematic evaluation of both Aboriginal and majority language knowledge. Problems that arise in testing child speakers of a polysynthetic language in a context of language attrition are briefly addressed. Key results obtained through the dual language testing of children in three Innu-speaking communities, one in Québec and two in Labrador, are presented. The discussion focuses on how these results are currently being used to inform community members about the state of language attrition and to optimize educational intervention strategies in both Innu and the local majority language. ----- Les enfants autochtones du Canada sont à la traîne des normes d’âge nationales en lecture et en écriture. Ils quittent d’ailleurs l’école plus tôt et en pourcentage plus élevé que leurs pairs non autochtones. En même temps, un ensemble d’indices, à la fois anecdotiques et fondés sur les recensements, suggère que toutes les langues autochtones du Canada subissent une diminution du nombre de locuteurs qui parlent la langue couramment et souffrent d’une transmission intergénérationnelle appauvrie. Dans cet article, on propose que la réussite scolaire et les questions du maintien de langue sont entremêlées et qu’aucun des deux problèmes ne peut être abordé de manière adéquate à moins que les communautés ne participent à l’évaluation systématique des savoirs en langues autochtones et en langues majoritaires. On aborde brièvement des problèmes qui se posent dans l’évaluation des enfants qui sont locuteurs d’une langue polysynthétique dans un contexte d’attrition de langue. On présente ensuite des résultats-clés qui ont été obtenus par des essais chez les enfants dans trois communautés innues dont une au Québec et deux au Labrador. La discussion porte sur la manière dont ces résultats sont utilisés pour sensibiliser les membres de la communauté sur l’état d’attrition de la langue et pour optimiser les stratégies d’intervention éducationnelle en innu ainsi qu’en langue majoritaire.

Additional Metadata
Publisher Foundation for Endangered Languages
Series Proceedings of the 17th Foundation for Endangered Languages Conference (series record)
Citation
Lori Morris, & Marguerite MacKenzie. (2013). Using all the Pieces to Solve the Puzzle: the Importance of Aboriginal Language Assessment in Child Populations. In Proceedings of the 17th Foundation for Endangered Languages Conference (pp. 170–177). Foundation for Endangered Languages.